La vie après un vol

Vous entendez souvent aux nouvelles ou lisez régulièrement dans le journal que des gens ont été victime de cambriolage. La réaction habituelle est la suivante : c’est pas grave la compagnie d’assurance va les rembourser.

J’aimerais profiter de cette chronique pour vous exposer les faits réels tel que vécu par Madeleine qui a été victime de cambriolage.

Elle revenait seule après une fin de semaine au chalet car son conjoint devait terminer un petit travail avant son retour. Elle arrive à sa résidence ouvre la porte et débute son cauchemar. Ils ont eu la visite d’un voleur pendant leur absence. Il n’y a plus de télé, plus de système de son, les planchers sont couverts de boue, dans la chambre des maitres tout est sans dessus dessous, les tiroirs de sa lingerie sont vidés, tout est éparpillé. Ils ont pris ses bijoux, volé l’argent caché.

Ils ont volés tout ce qui avait de la valeur même au sous sol.

Pensez vous que sa réaction a été, pas grave la compagnie d’assurance va tout payer.

Eh bien non, c’est un sentiment d’avoir été violé dans son intimité. Quelqu’un avait tout fouillé. Elle appelle son conjoint en pleurant et lui dit que la maison a été vidée.

Il arrive et tente de rassurer sa conjointe mais suite à ce vol, Madeleine ne peut plus rester seule à la maison. Elle ne dort plus seule. Elle fait des cauchemars toutes les nuits. Elle réveille son conjoint car elle entend des bruits, elle est certaine qu’il y a quelqu’un dans la maison. Elle m’a dit que les cauchemars ont duré plus de trois ans et qu’elle n’était jamais en paix lorsque qu’elle quittait la maison et qu’elle était soulagée à son retour en voyant que tout était normal.

Ce que nous devons retenir c’est que les biens se remplacent mais pas la paix d’esprit. Madeleine et son conjoint se sont faits installer, depuis 2 ans, un système de sécurité relié à un central.

Madeleine qui l’arme en leur absence et aussi avant d’aller au lit. Elle dit qu’elle se sent plus en sécurité car quelqu’un veille sur eux et leurs biens en tout temps.